Le stradivarius de Goebbels

Yoann IACONO
Stalkine & Cie, 2021
9 782889 441716
269 pages
17 €
Février 2021

L’histoire vraie d’une virtuose japonaise

Intrigue
En février 1943, pour marquer l’alliance entre le Japon et l’Allemagne, Goebbels offre solennellement un stradivarius à Nejika Suwa, une violoniste japonaise. Pour la jeune femme, après l’euphorie, c’est le désenchantement. Ce violon n’a pas d’âme. Qu’elle joue en soliste à Berlin, à Genève où à Paris où elle réside, la symbiose avec l’instrument ne se fait pas. Jusqu’au jour où elle présume que l’instrument a été confisqué à un Juif français. Mais devrait-elle le rendre, comme on va le lui demander, elle ne le pourrait pas.

Découpage 
Le récit centré sur les huit années de sa vie de musicienne renommée (1943-1951) est organisé en quatre parties aux noms évocateurs : fantaisies, fugues, poursuites, pantomimes. Il se clôt par un bref aperçu sur la vie discrète et difficile qu’elle a menée ensuite.

Mode 
Biographie romanesque racontée par un trompettiste parisien chargé, après la guerre, de récupérer les biens des Juifs. 

Ton 
Enlevé, avec une montée chromatique de l’intensité dramatique.

Lecture
Fluide avec en incise des flash-back sur l’enfance de Nejika Suwa et quelques extraits de son journal intime de femme mûre.

Mots-clés
Deuxième guerre mondiale : Japon-Allemagne / Spoliation des biens des Juifs / Vie parisienne sous l’occupation
Musique

Public
Pour les amateurs de musique avec l’évocation des nuits de Saint- Germain des Prés et des concerts du chef allemand Wilhelm Furtwängler dont l’attitude envers les nazis a été controversée.
Pour les férus de la grande Histoire, pour les liens entre le Japon  et l’Allemagne et la mise en résidence surveillée aux USA des japonais qui en 1945 voulaient rentrer au pays.
Pour les curieux de destins originaux comme comme celui de cette musicienne qui, après une décennie de gloire et beauté, sombrera dans la mélancolie.

Nota bene
Pour écrire ce premier roman, Yoann Iacono a enquêté plusieurs années en France, en Allemagne, au Japon et aux États-Unis, où il a eu accès à des fonds d’archives inédits.