On parle si peu de livres dans l’équipe

On parle si peu de livres dans l’équipe

A la bibliothèque, on s’active beaucoup : on achète, on équipe, on enregistre, on range, on nettoie, on « réunionne », on conseille, on fait des plannings, on prépare des animations, etc.  Mais quand et comment parle-t-on entre collègues de notre cœur de métier, à savoir les livres (et autres supports) ?

Un court échange entre deux portes, à la pause-café, sans l’ouvrage à portée de main, une recommandation dans le bureau des collègues, un aparté dans une réunion … rarement un exercice formel collectif.

Une frustration pour ceux des employés qui s’investissent dans la lecture des nouveautés.

Une aubaine pour les timides, les planqués, les non lecteurs – eh oui, ce n’est pas parce qu’on travaille en bibliothèque qu’on aime lire.

Une lacune pour tous. Car comment conseiller, mettre en avant ou répondre aux demandes du public quand on ne connaît pas un minimum les documents ou qu’on se cantonne à son domaine d’acquisition ou de prédilection ?

 Focus

Donner une place reconnue et régulière à des partages de lecture au sein d’un service qui permettent à chaque employé d’approfondir et d’étendre la connaissance des différents supports et de nourrir les liens avec les collègues.

Scénarios alternatifs

L’équipe de cette grosse section jeunesse se réunit tous les quinze jours. Une séance sur deux, donc une fois par mois, la première heure est consacrée à un partage de lectures. Chacun.e présente brièvement un support de son choix, pas forcément une nouveauté. Si nécessaire, la responsable redéfinit le cadre et les objectifs et modère les échanges. Elle ne voit que des bénéfices à parler d’autre chose que d’organisation, de plannings, de logistique.
« Les choix sont très représentatifs de notre fonds. Ils comblent nos manques individuels. Au fil du temps, les présentations gagnent en qualité. Chacun y apporte du soin. Je valorise, je rassure, j’encourage ce travail dans les entretiens individuels annuels. L’atmosphère est joyeuse et cordiale. Nous apprenons à mieux nous connaître en tant qu’humains, personnes sensibles, indépendamment de nos missions respectives ». 

Dans cette autre médiathèque, contre vents et marées, l’équipe du secteur adulte maintient en ouverture de la réunion hebdomadaire, le quart d’heure « tulikoi » où 3 employés sur les 12 font une présentation flash d’un ou deux supports écrits ou multimédias. Nombre de produits mis en avant sont d’abord empruntés par les collègues. Un fichier interne a été créé pour aider à mémoriser et surtout pour retrouver tel ou tel titre pour préparer une animation, un panier ou répondre à la demande d’un lecteur. En une année, on peut atteindre jusque 300 coups de projecteur ! « Pour moi qui suis timide, dit cette employée, c’est difficile mais bénéfique :  je me sens mieux armée quand je suis au prêt ».

Action 

Prendre le temps et les moyens de se présenter régulièrement des ouvrages* au sein des équipes pour :
– remettre la lecture au cœur du métier
– valoriser les choix individuels
– sortir de son domaine
– développer ses compétences
– améliorer la connaissance du fonds et par là-même la qualité de l’aide et du conseil  auprès du public
– se connaître davantage

*Ceci vaut pour les livres et tous les supports mis à disposition du public : magazines, films, musiques, etc.

Mots-clés : connaissance des documents / lecture /travail d’équipe

Laisser un commentaire