A quoi bon des visites guidées en bibliothèque ?

A quoi bon des visites guidées en bibliothèque ?

Dans notre établissement public, raconte ce bibliothécaire suisse, chaque automne, nous devions accueillir – eh oui, cela nous était imposé – toutes les classes de première année de collège pour une visite d’une heure. Le rituel était immuable : une déambulation collective, puis libre, dans les différents espaces, des informations pratiques sur le fonctionnement : le classement, les conditions d’utilisation, les horaires, les conditions d’inscription. Nous n’avions pas de préparation particulière pour cette dizaine d’heures qu’on animait facilement sans proposer de prêt puisque la rencontre était unique. Nous exécutions machinalement cette tâche sans même nous étonner de revoir des jeunes qui connaissaient déjà la bibliothèque pour l’utiliser seuls, en famille ou être déjà venus avec leur classe.

Jusqu’au jour où …une formatrice éclairée nous a interrogés. Une heure passée avec vingt-cinq pré-ados et un enseignant, à qui ça profite ? Combien de jeunes reviennent dans le mois qui a suivi, en plus de ceux qui fréquentent déjà la bibliothèque ? Quelle image du service donnons-nous ? Que représentons-nous pour les élèves ? Pour l’enseignant ?

A analyser notre pratique, nous avons réalisé que nous faisions des visites techniques  de notre outil de travail ! Si nous voulions que cette heure soit bénéfique pour eux comme pour nous, il fallait transformer nos visites « administratives » en vraies visites découvertes !

 Focus

Faire en sorte que la visite guidée, dite « découverte », fasse comprendre au public qu’il y a à la bibliothèque, dans des formats différents, beaucoup de choses de sa vie et que chacun soit incité à y revenir à sa guise.

Scénarios alternatifs

Exemple de nouveau dispositif d’accueil adopté :
 1/ Six semaines avant la date prévue pour la visite « appât » d’une durée d’une heure trente, on envoie au groupe un mot annonçant qu’on les recevra à la bibliothèque et leur demandant de partager ce qui les intéresse dans la vie, même si on sait qu’avec les 11-12 ans, le sport, la famille et les animaux sont des thèmes récurrents. La liste est transmise par l’enseignant.e.

2/ La visite à la bibliothèque commence par un temps assis en cercle où la (le) bibliothécaire présente de façon dynamique quelques supports qui correspondant aux thématiques recensées, mais pas seulement !

3/ Une fois le panier vidé, elle invite à un temps de consultation individuelle ou en duo.

3/ Suit une déambulation avec repérage des bacs, tables ou étagères (pas seulement jeunesse) d’où proviennent les œuvres présentées.

4/ Au final, une carte individuelle temporaire, indiquant les horaires, est remise à chacun.e, portant comme garantie le nom du collège et le numéro de la classe. Elle donne le droit à emprunter, aux heures d’ouverture du public, une ou plusieurs fois, un livre ou une revue du panier du jour qui restera à disposition deux mois (une gommette provisoire ayant été apposée sur les livres)

5/ Qui sera plus gourmand et voudra emprunter d’autres ouvrages remplira une fiche « officielle » d’inscription.

Résultat : entre un quart et un tiers de la classe reviennent au moins une fois pour jouer, lire des mangas ou/ et emprunter. Certains deviennent fidèles !

La démarche qui consiste à partir de la vie des gens pour promouvoir les richesses de la bibliothèque, est la même avec des groupe d’adultes : des femmes qui viennent avec une animatrice de la CAF, des apprenants avec leur prof, des patients avec un soignant. Seuls les contenus varient. (Infos complémentaires sur demande)

Action 

  • Remplacer les visites « administratives » par de vraies visites « découvertes » avec mise en avant de supports et de thématiques correspondant aux centres d’intérêt du public.
  • Considérer chacun (scolaire, apprenant, patient, etc) comme un lecteur potentiel et un possible utilisateur de la bibliothèque.
  • Avec les scolaires qui bénéficient de l’accompagnement d’un enseignant et pour éviter qu’elle ne soit répétitive (une fois par an dans certaines communes !) préférer à la visite guidée, un service « traiteur »* avec prêt au groupe d’un panier pour des lectures partagées en classe puis à la maison. Car c’est en lisant régulièrement des textes de plusieurs genres et en manipulant eux-mêmes différents supports que les enfants comprennent peu à peu l’offre et l’organisation des bibliothèques, pas en écoutant une technicienne débiter des consignes.
    * Voir scénario alternatif 

Mots-clés : Image et identité de la bibliothèque / accueil de groupes

Laisser un commentaire